La fille du roi des elfes de Lord Dunsany

Temps de lecture : 6 minutes

Beaucoup mentionnent le film Stardust (avec Claire Danes et Robert DeNiro) en rapprochant sa trame de La fille du roi des elfes. Et c’est normal Neil Gaiman a avoué s’être beaucoup inspiré de ce roman pour son film.

Mais ce petit roman de Lord Dunsany est une pépite de fantasy à part entière. Et fait intéressant, il a été précurseur à Tolkien. Facile à lire, l’écrivain Dunsany d’origine irlandaise nous livre une poétique description du monde. Ce que beaucoup considèrent comme un gentillet conte de fée est en réalité un roman qu’on peut relire à tout âge.

En résumé, Alveric part à la recherche du royaume enchanté pour enlever la princesse Lirazel, et l’épouser. Après une traversée d’une forêt encore plus malveillante que dans Blanche Neige, Alveric arrive au château…. où la princesse l’attendait, et choisit de partir avec lui. Alveric et Lirazel convolent, font un magnifique bébé nommé Orion. Le roi des elfes, bien décidé à retrouver sa fille, lance une incantation pour la ramener auprès de lui. Alveric, désespéré, part en quête de la forêt magique pour la retrouver. Il erre… tandis qu’Orion grandit, et découvre la forêt magique… puisqu’il est à moitié elfe.

Je m’étais lancé dans l’enregistrement en audio book du livre… même si j’ai mis ça de côté, vous aurez un avant goût de ce roman de fantasy avec ceci :

Audio book chapitre 1 La fille du roi des elfes

Ce que j’ai aimé dans La fille du roi des elfes

J’aime le relire pour la beauté du vocabulaire. Si Tolkien devait décrire en 5 pages un paysage, Lord Dunsany livre une page d’une puissance lyrique que je n’avais pas lu depuis des années. Le style sonne un peu vieux jeu, (plus personne n’écrit comme ça de nos jours). Mais c’est un délice. C’est comme regarder ces films en noir et blanc avec ce vocabulaire suranné et ces toilettes retro. Vous savez que ça n’existe plus, mais vous en redemandez encore. La fille du roi des elfes me donne cette impression : ce roman me donne un goût de la nostalgie d’un monde perdu, et du temps qui passe. Et c’est précisément la force de cette histoire : sa morale sur le temps qui passe, la beauté de Lirazel qui se flétrit, la mort, les gens qui oublient un monde qui a pourtant existé au pas de leur porte…. On prend La fille du roi des elfes pour un petit roman pas bien compliqué à lire. Et pourtant, cela n’enlève rien à sa profondeur sur le temps, la mélancolie d’un monde qui se retire… pour finalement se mélanger au nôtre. La fille du roi des elfes est le roman que vous lirez adolescents, et que vous lirez à vos enfants… qui re redécouvriront adulte avec d’autres yeux. Et puis vous verrez les elfes autrement que comme ça :

Ce que j’ai pas aimé dans La fille du roi des elfes

J’ai un problème avec la chasse… à la licorne. Sérieusement, Orion pourrait se focaliser sur les trolls, ou d’autres créatures malfaisantes. Mais non. Il se focalise sur les créatures les plus pures et les plus innocentes. C’est sûrement l’une des raisons pour lesquelles personne n’a voulu adapter La fille du roi des elfes en film. Qui irait voir un film où des licornes se font tuer ?

Mais je soupçonne Lord Dunsany d’introduire une réflexion sur la nature humaine : car Orion est à moitié elfe, moitié humain. Il est donc attiré par le royaume magique, sans toutefois pouvoir y appartenir totalement. Et c’est bien typique de l’être humain que de vouloir détruire ce qu’il ne peut posséder. La licorne étant le symbole de la vie, de la pureté, de la longévité, sa chasse est un écho à la quête désespérée d’Alveric parti chercher sa bien aimée, et qui vieillit, et tombe presque dans la démence. Et ben oui Alveric, fallait prendre soin de Lirazel tête d’âne ! Une princesse elfe, ça se bichonne !

Pour conclure…..

En résumé cher clan, ce petit bijou de littérature de fantasy vous suivra. C’est un de ces romans qu’on garde et qu’on relit à tout âge, comme le Hobbit de Tolkien d’ailleurs. Cette histoire bien ficelée, qui vous tient jusqu’au bout, vous laisse ce parfum de poésie, et comme la nostalgie du Royaume enchanté.

Diane McNeele

Mots clés utilisés pour la recherche :

  • La fille du roi des elfes
  • meilleur roman de fantasy
  • meilleur roman pour adolescent
  • roman young adult
  • littérature de l’imaginaire

Journal d’une novice (3)

Aujourd’hui, leçon de botanique avec Cassandra. Je suis bête d’écrire ça, bien sûr que c’est avec Cassandra. Il n’y a personne d’autre ici. Et les créatures magiques se méfient de nous. Je n’en croise jamais. Mais il est vrai que la forêt est immense. J’aimerais un jour partir en expédition pour cueillir certaines herbes comme l’a fait Cassandra dernièrement : je découvrirais l’immensité de la forêt d’Etheldrede.

Mais j’aimerais, plus que tout, aller de l’autre côté. Au delà de l’Azur. Tout est flou, mais il y a des tours. Elles ne ressemblent pas aux gravures de Cassandra. Et il y a des lumières. Un jour j’irai voir l’Azur pendant la nuit… je voudrais tellement voir ce qu’il y a au delà. Je suis sûre que tout le monde n’est pas si mauvais comme le prétend Cassandra. Il y a forcément des gens bien, qui voudraient encore de la magie et la Caste.

Le lierre : plante aux feuilles épaisses, faces brillantes, baies en bouquet.

Guérit la toux, les ulcères, les brûlures légères, les coups de soleil.

Utiliser l’écorce pour guérir eczéma.

Attention : les baies sont un vomitif ultra puissant. Possible de s’empoisonner avec.

Le bouleau : arbre au tronc blanc et noir. Ecorce tombe au fur et à mesure.

Diurétique, anti-infectieux. Sève se recueille deux mois avant l’été, idéale pendant un jeune pour purifier organisme.

Avant, les novices faisaient un jeune pendant 21 jours avant leur initiation, avec la sève de bouleau.

Possible de conserver les aliments dans l’écorce de bouleau. L’écorce de bouleau est parfaite pour isoler de l’humidité : c’est comme ça que Cassandra m’a fait mes chausses !

Cassandra m’apprendra demain comment faire de la farine avec l’écorce de bouleau, pour faire du pain.

En voix externe, il faut appliquer les feuilles fraîches pour soigner les maladies de peau, les rhumatismes.

Jamais je n’en aurai fini d’apprendre. Et ça n’est que pour la botanique, que l’on vient de commencer. Bientôt, elle m’initiera aux cristaux, même si elle m’a interdit d’y toucher pour le moment.

Le cycle Ogier d’Argouges de Pierre Naudin

Temps de lecture : 5 minutes

Cette grande fresque médiévale est composée de sept volumes pour des décennies d’histoire

  • T1 Les lions diffamés
  • T2 Le granit et le feu
  • T3 Les fleurs d’acier
  • T4 La fête écarlate
  • T5 Les noces de fer
  • T6 Le jour des reines
  • T7 L’épervier de feu

Le résumé du cycle Ogier d’Argouges

A travers le personnage imaginaire d’un chevalier normand Ogier d’Argouges , l’auteur nous fait traverser une partie de l’époque troublée de la guerre de 100 ans avec une précision historique remarquable.
De la bataille de l’Ecluse en 1340 où la flotte française est anéantie (non par la puissance de la flotte anglaise mais par l’intelligence et le pragmatisme des chefs britanniques) à celle de Crécy le 26 août 1346 où une nouvelle fois le roi de France Philippe VI sera mis en déroute à cause de son entêtement. Pierre Naudin nous éclaire sur les raisons profondes de cette guerre ponctuée de trêves mais qui dura 117 ans pour être exacte !

Ogier d’Argouges venant d’une famille diffamée à la suite d’un complot guerroie en permanence lors de joutes et de tournois , lors de sanglantes batailles contre les anglais et leurs mercenaires pour restaurer son nom et l’honneur de sa famille et tel Edmond Dantes , la vengeance sera le fil conducteur de son aventure.

Ce que j’ai aimé dans le cycle Ogier d’Argouges

La description de la vie à l’époque médiévale ; le poids de la religion, les mœurs, la nourriture consommée à l’époque , la terreur du peuple face aux bandes de routiers , l’horreur de la peste noire etc…
La manière dont l’auteur dépeint en quelques mots certains personnages vaut toutes les caricatures: la veulerie, la fourberie, la brutalité, l’orgueil, le sens de l’honneur.
La précision historique dans le récit des combats lors de sièges de forteresses , de la vie dans ces mêmes forteresses assiégées, de la cruauté des assaillants une fois la victoire remportée.

Ce que je n’ai pas aimé dans le cycle Ogier d’Argouges

Les trop longs états d’âmes du chevalier Ogier d’Argouges lorsqu’il s’aperçoit peu de temps après son mariage que sa femme Blandine n’est pas faite pour lui… ou qu’il n’est pas fait pour elle !

Voilà un roman qui n’est pas de la fantasy, et sur ce blog je ne vous parle que de ça, en général. MAIS ! Si vous aimez le Moyen-Age, les descriptions minutieuses, le cycle Ogier d’Argouges vous ravira. Surtout si vous avez une jambe cassée ou que vous avez quelques semaines devant vous à rester au lit. Idéal aussi pour les apprentis écrivains de fantasy, ce cycle Ogier d’Argouges est une leçon d’histoire : de quoi apprendre le vocabulaire, la façon de vivre à l’époque, pour donner toute la profondeur et l’authenticité à vos romans de fantasy !

Voilà le clan, un cycle qui vaut le détour pour le féru de moyen âge que vous êtes.

Diane McNeele

Mots clés utilisés pour la recherche :

  • roman sur le moyen page
  • roman historique moyen age
  • Pierre Naudin
  • Ogier Argouge

Les chroniques de Spiderwick

Temps de lecture : 3 minutes

#filmsfantasy #spiderwick #film

Oyé cher clan, avez vous pensé à préparer votre descendance à son héritage imaginaire ? Je veux parler des fées, des gobelins, des trolls, et de tout le merveilleux que ça peut être pour un enfant de grandir avec ces compagnons de jeu imaginaires. 

Aujourd’hui, je vous parle des Chroniques de Spiderwick, un des films fantasy de mon enfance.

Une saga fantastique au succès mondial

Les Chroniques de Spiderwick est un film fantastique réalisé par Mark Waters avec le cutissime Freddi Highmoren Nick Nolte, et Marie Louise Parker. Ce film d’aventure pour enfants entre une maison et une forêt magique, a été adapté de la saga fantastique écrite par Holly Black et illustrée par Tony DiTerlizzi, en 5 tomes.

Le pitch ? Helen Grace est en instance de divorce et retourne avec ses trois enfants, dans une maison familiale dont elle a hérité. L’occupante précédente, une tante, a sombré dans la folie et est enfermée en maison de retraite psychiatrique. Depuis toujours, elle prétend que son père a été enlevé par des êtres féériques.

Bande annonce les chroniques de Spiderwick

Ce que j’ai aimé

Cela faisait une éternité que j’avais pas regardé les Chroniques de Spiderwick. Je me rappelais vaguement l’intrigue, mais surtout, je me rappelais de cette maison vivante dans les murs… grâce au farfadet. 

C’est la force de ce film, c’est qu’il est tout à fait adapté aux enfants, et à leur psychologie. Pour un ado ou un adulte, ça se regarde du coin de l’oeil, mais c’est un film fantastique pour un gamin :

la place de la maison est cruciale dans le récit. C’est au début tout ce que je déteste Simon, le héros des Chroniques de Spiderwick. Si bien, qu’il détruit un mur de la cuisine… et découvre que la maison est gardée par un farfadet, qui est un espèce de gardien. Vous le savez peut-être pas, mais lorsqu’on demande à un enfant de dessiner une maison, c’est souvent sa personnalité qu’il dessine : les yeux sont les fenêtres, la porte est la bouche, le grenier est l’inconscient, la cave est le subconscient etc… 

Ici, de poussiéreuse maison abandonnée, elle devient le seul refuge contre le monde extérieur, et notamment les créatures qui veulent se saisir du livre crée par William Spiderwick, un chercheur. Simon veut que son monde ne change pas : il veut que ses parents redeviennent un couple, et refuse de s’ouvrir au monde et à la nouveauté. 

Pourtant le personnage évolue, prend des risques dans sa rébellion, et son agressivité se transforme au fil de sa quête. 

J’ai aimé aussi la place du père, plutôt bien travaillée, alors que le père est absent, si ce n’est au téléphone : ce n’est pas étonnant que le méchant prenne l’apparence du père à la fin pour tenter d’infiltrer le nouveau foyer de Simon. Mais le jeune garçon n’est plus totalement innocent, a appris à défendre les choses qui en valaient la peine, et a comme ouvert les yeux sur la réalité de la nature humaine. 

J’ai moins aimé

Le seul regret que j’ai est la suite qui n’a pas été tournée. Quel dommage… Mais peut être le film a été balayé par le succès d’Harry Potter sorti à la même époque.

Honnêtement, il n’y a rien dans les Chroniques de Spiderwick que j’aurais à redire: en tant qu’adulte, c’est clairement un film que je ne regarderai pas de nouveau, ayant passé l’âge. Mais c’est un film que je ferai découvrir à ma nièce avec plaisir… lorsqu’elle n’aura plus la trouille du noir hein. Je vais attendre un peu.

Pour conclure

Si vous avez des enfants entre 5 et 12 ans, les Chroniques de Spiderwick est idéal pour une soirée cinéma fantastique en familles. De plus, la saga littéraire (que je n’ai pas lu pour être honnête) a été merveilleusement illustrée par Tony DiTerlizzi: et ceci m’a clairement marquée car pour mon propre univers Mémoires d’Hizaion, j’ai eu la même envie, d’inviter les lecteurs dans mon univers en les immergeant dans des visuels

Et vous ? Quel sont les films de votre enfance ?

Salutations le clan et à très vite pour une autre pépite du monde de la fantasy.

Diane McNeele.

BEHIND THE SCENE 1 : Je vous présente mon équipe !

Salut le clan ! Voici le 1er article pour vous présenter mon équipe. Et non je suis suis pas toute seule pour tout faire. Je me fais épauler par des guerrières et des guerriers talentueuses, prêtes à relever tous les défis, de quoi défier les dieux !

Après quelques mois, vous avez vu la page Facebook évoluer, dynamiser, avec des votes, des vidéos, des visuels sympas, pour faire vivre la communauté de l’anneau.. d’Hizaion ^^ Tout ça, c’est grâce au talent de Cindy, la community manager d’Hizaion !

Vous avez des idées d’évènements ? Vous voulez qu’on aborde un sujet en particulier sur la page ? Allez y ! Répondez lui sur les posts !

Les Chroniques des Elfes de Jean-Louis Fetjaine

Ce que j ai aimé :

La longueur de la trilogie: il faut dire que j’ai acheté direct la trilogie des éditions…… je déteste être frustrée. Mauvais souvenir de la sortie très médiatisé et marketé d’harry potter. 
La longueur des 3 livres permettent d’entrer dans l’univers d’heroic fantasy dessiné par Jean Louis Fetjaine.  Un univers de fantasy qui colle à Tolkien puisque Fetjaine réutilise les créatures traditionnelles et habituelles : elfes, orcs, gobelins, nains, humains et l’écrivain va même jusqu’à réutiliser le sindarin, la langue elfique créée par le linguiste émérite qu’était Tolkien.  Juste wow.

via GIPHY

J’ai aimé cet hommage et la volonté de s’inscrire dans cette tradition. 

J’ai beaucoup aimé l’insertion de passages du Tuatha de Danna (une épopée digne des grands mythes greco latin)
Le tuatha de danna est ainsi un texte explicatif rythmant les débuts de chapitre: on découvre, morceau par morceau un texte dont l’action, on le devine au fur et a mesure, est une prequelle du recit de jean louis fetjaine. Brillant. Car non seulement l’écrivain inscrit son roman dans la tradition de tolkien mais aussi dans la lignée du tuatha de danna.
Il faut attendre le dernier chapitre et notamment l’épilogue pour découvrir les origines de Merlin. Jean Louis Fetjaine a écrit une suite que je n’ai pas encore lue. Mais ça sent bon l’intrigue bien pesée, d’autant que le personnage de Pelhehun me semble bien fourbe à loisir. Le genre de gars qui refuse les duels et poignarde dans le dos. Bref, le genre de gars à qui vous avez envie de faire tâter de votre hâche.

via GIPHY

Si vous aimez les personnages un peu,  voire carrément bitch, en demi teinte, genre Cercei de Game of Thrones, je vous recommande la trilogie des elfes. 

Le truc puissant dans ce roman de fantasy, c’est qu’on sent le monde plus large sur lequel repose l’histoire. Bon moi, avec mon roma,n j’ai fait les choses à ma manière, en créant mes monstres et créatures mais ce qu’a fait Jean Louis Fetjaine est carrément intelligent et éducatif. Combien d’ados ont alors lu le Tuatha de Danna ? A une époque où les politiques voudraient faire croire aux français qu’ils sont tous de culture méditerranéenne ? Gros lol.
Allez pour l’aspect politique je m’arrête là. 

J’ai moins aimé 

Le côté immédiatement sexualisé de Lilianne m’a parfois gêné. Je suis assez partagée sur l’image de la femme dans la fantasy: c’est souvent des femmes avec des tenues ultra sexy et pas du tout réalistes. Qui va au combat dans la joie et la bonne humeur avec une armure qui couvre que les seins ??

via GIPHY

Et de même jean louis Fetjaine décrit des scènes pas très crédibles même pour de la fantasy : Liliane se dénude les seins et lève les bras pour invoquer le pouvoir des runes… au milieu d’une bataille. Et elle échappe elle ne sait trop comment, prise par la transe. Et nous non plus d’ailleurs.
Mais la fantasy fait rêver : et comme les femmes sont le sujet de rêverie de prédilection des hommes… (pour pas dire une fixette hein) et que la fantasy mise en avant est souvent celle des hommes, ça passe crème pour la plupart des lecteurs. Sauf que moi même écrivain, je me la pose cette question : comment écrire un personnage féminin qui soit pas trop gnangnan ? Comment écrire une scène d’amour qui reste crédible ? Comment faire un personnage féminin fort… mais pas trop masculine ? GR Martin dans Game of Thrones l’a très bien fait avec Cercei la bitch avide de pouvoir toujours élégante. Et avec Margerye elle aussi avide de pouvoir, et de sexe. Et avec Sansa que je trouvais trop con au début et que finalement j’aime bien. Bon Georges Martin, la vérité, il est trop fort.

via GIPHY

Pour conclure

La violence est présente, les combats particulièrement bien décrits notamment dans les manœuvres militaires : et c’est difficile à écrire car il faut être technique et continuer de raconter l’histoire en même temps.
J’ai adoré le personnage de Lilianne malgré tout : vulnérable et sensible, forte et impitoyable, courageuse et indépendante. 
Et le personnage de Maeholas est à la fois inquiétant, détestable dans ses actes et attachant dans ses réactions. Il fait une parfaite nemesis pour Lilianne, tout en étant attiré par elle. Et ça, j’adore. Je pressens une fin terrible pour Maheolas, et la suite de l’aventure pour le roi humain Pelhehun m’intrigue. D’autant plus que le personnage de Merlin fait son apparition à la fin. L’écriture est fine, ciselée, les personnages même s’ils foisonnent,  et qu’on ne peut s’attacher à tous, très bien construits.
La trilogie des elfes nous laisse un petit goût de mélancolie, car l’histoire est racontée de telle façon qu’il fait partie de notre passé : juste après l’irruption de l’église et avant le début des légendes arthuriennes. Un gout de reviens-y. Ça tombe bien il y a une suite et je la commence le mois prochain. 

via GIPHY

Salut le clan, à très vite !

Diane Mc Neele

Journal d’une novice (2)

Cassandra, un parchemin sur les genoux, me regardait pensivement en train de cuisiner. Je saupoudrais des amandes de poudre d’algue séchées, ce qui relèverait le plat et accompagnerait idéalement la purée d’épeautre. La tourte aux champignons ne me disait plus rien. Je joignis les mains, comme elle me l’avait montré, alors enfant, et je me mis à prier. Je remerciais Dana pour la nourriture qu’elle nous donnait, et qui viendrait. Il nous faut remercier Dana qui nous donne notre hêka, notre force magique pour planter les graines car nous ne sommes que deux femmes après tout. Heureusement que nous avons la magie pour nous aider à faire ce travail d’homme.

Merci Dana et Aum, mère et père de toute chose… Il nous faut remercier également à toutes les créatures qui ont piétiné la terre, enfonçant la terre et leurs excréments qui ont nourri la terre. Il nous faut également remercier les plantes, aux racines fines et persistantes, perçant la terre ,déterminées à trouver leur chemin. Remercions également l’eau dans les souterrains, qui courre, intrépide, et que les racines viennent chercher, pour y puiser inlassablement et qui gonflent les graines. C’est un rituel que j’aime beaucoup, ce court moment pendant la préparation du repas. Je peux vivre alors une partie de l’enseignement des prêtres. J’ai l’impression alors de faire partie de la Caste déjà, même si je ne suis pas encore novice. Je ne suis rien, une sans famille. Je fais ce que je peux chaque jours pour montrer à Cassandra que je suis digne de son enseignement, à défaut de son affection.  Car je ne sais même pas si Cassandra m’aime. Peut être un jour, le saurai-je. Rares sont les fois où elle a posé la main sur mon épaule ou ma tête. Mais je m’égare. Elle est ma protectrice, ma tutrice.

C’est à ce moment-là que j’entendis sa voix m’interrompre :

« Nous prendrons notre repas près du feu ce soir Andraste. »

Cassandra avait un parchemin sur les genoux. Je m’asseyais à ses pieds, à côté du feu qui me réchauffait le dos. J’adore ces moments où elle m’enseigne l’histoire des terres d’Hizaion, grâce à ses légendes couchées sur manuscrits par des bardes doué avec les mots, tels que Tehut.

« Il s’agit de l’histoire de la Lune et du Soleil. Un jour, la lune en eut assez que le Soleil soit le seul adoré : n’était-elle pas celle qui commandait aux marées ? Aux accouchements ? Qui avait le pouvoir de rendre les hommes fous lorsqu’elle était pleine ? On raconte que lorsque l’amour passe dans notre vie, il faut implorer la lune le vendredi soir, et lui offrir ses cheveux et ses ongles pour le faire rester.

La lune en eut assez : elle décida donc de disparaître. Il n’y a rien de mieux pour briller… que l’absence. Les femmes ne savaient plus à quel astre se vouer. Les hommes devenaient malades, car l’eau dans leur corps était déséquilibrée. Les pêcheurs ne pouvaient aller pêcher car l’eau était toujours à marée basse. Au bout de quelques mois, les hommes implorèrent le soleil de faire revenir la lune.

Le soleil décida de laisse la place à la lune, une fois tous les cent ans : ce jour là, la lune passe devant le soleil, et ils créent alors une union parfaite, une éclipse. Mais la lune reste coquette : elle disparaît une fois par mois, pour rappeler aux hommes et aux femmes de toujours lui rendre hommage. »

N’est-ce que pas une jolie histoire cher journal ?

Andraste.

5 TRUCS QUI ONT CHANGE DANS LES CONTES DES FRERES GRIMM

Il faut que je vous avoue un truc en tant qu’écrivain. Nous les romanciers sommes atteints d’une maladie incurable : la perfectionnite, saupoudrée du complexe de l’imposteur. En gros, nous ne somme jamais satisfaits de ce que nous écrivons et éprouvons toujours ce petit truc « si j’avais mis cette scène là, ça aurait peut être été plus clair ». Oui mais voilà, il y a un moment où il faut que le roman sorte, même si l’on n’est pas ultra satisfait. C’est ça être romancier, accepter de ne jamais atteindre la perfection qu’on s’était imaginée dans telle scène ou dans le roman dans son ensemble. Et c’est rassurant de se dire que les frères Grimm en sont aussi passés par là.

Parce que les contes originaux des frères Grimm n’avaient pas vraiment les fins heureuses et joyeuses, façon Disney. Mais ce n’est pas seulement parce que Jacob et Wilhelm Grimm étaient des jumeaux un peu zarbis qui ont choisi de parler de l’enfance maltraitée et abusée. Le premier volume des Contes des frères Grimm a été publié pour la première fois le 20 décembre 1812. Les frères Grimm ne se voyaient pas du tout comme des auteurs, ou comme des éditeurs, mais comme des collectionneurs et des historiens littéraires.

L’intention originale du projet était d’enregistrer, de mettre sur papier les traditions orales des pays germanophones au début du 19ème siècle. Les frères Grimm étaient scolaires, travaillant à leur bureau, s’appuyant sur des amis et des documents sur le folklore qui avaient déjà été couchés sur papier, et avaient été transmis de génération en génération de manière informelle.

Bien qu’ils aient introduit des éléments pour compléter les contes, les frères Grimm tentèrent de rester proche des sources originelles autant que possible.

En 2014, le Princeton Press University a publié « les contes populaires et féériques des frères Grimm », la première traduction en anglais des histoires des frères Grimm. Le texte original sans altération.

Dans l’introduction, le traducteur Jack Zipes écrit que « … plus ils collectèrent d’informations et, plus ils eurent l’envie de dévoiler la poésie naturelle –naturpoesie- si chère au peuple allemand. Toutes leurs recherches furent alors dirigées dans l’exploration des sagas, des récits épiques, et des contes qui contenaient ce qu’ils croyaient être alors les vérités essentielles sur l’héritage culturel Allemand. Ce qu’on ne soupçonne pas de nos jours, sur les contes des frères Grimm, c’est ce besoin irrépressible et romantique de remettre au jour, et de préserver la contribution culturelle allemande, faite par des gens du peuple. Sauver de l’oubli ce pan populaire de la culture allemande.

Ce fantastique effort de préservation est évident dans la première édition : la violence sature les contes. Mais voici le point intéressant. Lorsque les histoires gagnèrent en popularité, les Frères Grimm cédèrent à la tentation d’altérer les aspects un peu trop sanglants de certains contes pour plaire à une plus large audience.

Dès lors qu’ils publièrent leur première édition, ils devinrent peu à peu célèbres, et non pas seulement dans les régions germanophones. Rappelez vous que l’Allemagne à cette époque, n’est pas un pays uni. Leur nom et leur collection atypique devinrent rapidement connus.

L’effet de cette renommée croissante eut deux conséquences :

Au même moment où les frères Grimm travaillaient, une classe moyenne commençait tout juste à émerger en Europe, résultat de l’école publique devenant obligatoire. Ces récits populaires à présent liés sur un texte, la classe moyenne s’intéressa à ces histoires, mais imposèrent leur vision victorienne et puritaine des sentiments… Les aspects les plus durs des contes des frères Grimm ne passaient pas. Un peu comme le consortium chez Disney a sûrement encadré l’écriture des 3 derniers Star Wars sortis. D’où la relation ambigüe entre Riley et Kylo Ren : bah oui faut bien une ptite histoire d’amour quelque part hein, c’est Disney ! Et puis il fallait attirer le public féminin !

Kylo et Rey, le couple un peu crée de toute pièce pour coller à la culture Disney

Bien qu’ils n’aient pas abandonné l’idée de garder la pureté originelle et la signification des vieux contes quand ils publièrent leur seconde édition, en 1819, il est évident qu’ils ont été influencés par les critiques de leurs contemporains : les contes devaient être plus accessibles au grand public, et porter plus de considération envers les enfants, les lecteurs et les auditeurs de leurs histoires.

Cela fut possible par l’autre impact du succès de la première édition. Bien que leur texte fut modérément bien reçu, les gens de toute l’Europe envoyèrent aux frères Grimm leurs propres versions des contes, tels qu’ils les avaient entendues dans leurs familles.

L’afflux de nouveau matériel donna aux frères Grimm des options pour comparer, et intentionnellement se rapprocher de l’essence des contes, tout en ayant une parfaite justification pour aseptiser certains aspects un peu hard.

Voici les aspects les plus surprenants de la première édition, plus tard supprimé ou altéré :

1. Les Contes furent rallongés.

Le fait de recevoir des versions différentes, plus détaillées des contes, et l’ajout de leur propre style littéraire, l’édition suivante des contes des frères Grimm devint alors plus longue que la première.

Si la première édition manquait de cohésion, que ce soit dans la forme ou le format des histoires, d’autres histoires étaient simplement…. des idées, ou des pitch. Cela reflète la rigueur des Grimm à reproduire exactement les récits oralement racontés.

Ils ne purent résister à la tentation de rendre les contes plus élaborés d’un point de vue artistique et littéraire, pour plaire à leurs lecteurs de la classe moyenne. Le résultat est que l’essence des contes en ressortit dans les deux volumes de la première édition : objectif atteint pour les frères Grimm qui avaient voulu respecter les voix des conteurs originaux.2

2. Les mères biologiques devinrent les affreuses marâtres

Si vous avez grandi comme moi en regardant les Disney…. 

via GIPHY

Vous avez alors appris que les belles mères sont toutes des bitches, jalouses de leur belle fille. De quoi vous encourager à rencontrer la mère de votre chéri hein ! Mais ça, ça vient de la version façon Grimm des contes de fées. Car dans les versions originales, c’est la mère d’Hansel et Gretel elle même qui essaie d’abandonner ses enfants dans la forêt. Et c’est la mère de Blanche Neige aussi, qui non seulement engage un chasseur pour tuer sa fille de 7 ans, mais a aussi prévu de manger ses organes. Le traducteur des contes originaux, Jack Zipes l’explique : “Les Frères Grimm ont fait des changements dans leurs éditions suivantes car ils tenaient la maternité pour sacrée, d’une part mais aussi il y avaient des causes sociologiques : au delà de la crainte de déplaire à des lecteurs potentiels. Beaucoup de femmes en effet, mouraient en couche à l’époque, au 18 et 19ème siècle. Il y avaient beaucoup de situations dans lesquelles l’homme se remariait alors avec une femme plus jeune, souvent du même âge de la fille aînée, dont la jeune épouse pouvait alors se sentir jalouse.

via GIPHY

3. Raiponce ne tombe plus enceinte !

Dans la première version de Rapunzel, la méchante fée découvre la visite du prince quand la naive Raiponce se demande à voix haute : « Dites moi, mère Gothel, pourquoi mes vêtements deviennent ils si petits ? Ils ne me vont plus »

Le lecteur ou l’auditeur comprends alors que Raiponce est tombée enceinte du Prince pendant leur « bon temps » ensemble.

Depuis l’édition de 1857 et sa septième édition, la grossesse a été coupée de l’histoire, entièrement, et au lieu de cela, Raiponce révèle qu’elle a vu le Prince en demandant à Mère Gothel pourquoi c’est plus dur de la soulever que lui… Complètement con.

via GIPHY

Et proprement insultant, mais au moins sans connotation sexuelle.

4. Les fées furent subirent un nouveau casting.

Les éléments supernaturels des histoires avaient quelque chose d’effrayant. Mais pendant que la majorité du texte est altérée pour s’aligner plus sur les valeurs chrétiennes, quelques ressorts de l’histoire demeurent.
Il y a une bonne dose de magie dans les contes, qui a été conservée dans les éditions suivantes. Les moments de transformation miraculeuse qui arrivent dans les contes furent conservés. Cela dit, les frères Grimm firent un changement particulier par rapport à ces éléments fantastiques. Dans la première éditions, les représentants de la magie étaient la plupart du temps des fées. Normal pour le genre féérique.

via GIPHY

Mais pendant le temps de travail, de recherche et de rédaction, les guerres napoléoniennes virent les Français occuper les territoires germanophones. A cette époque là, ils décidèrent d’arrêter le terme français fée et le replacèrent par des êtres vaguement mystiques. Par exemple dans Raiponce, la fée devient une sorcière, et dans la belle au bois dormant, les fées furent changées en sage femmes.

5. Certaines histoires furent mélangées, et remixées.

La première édition des Contes des frères Grimm était constitué de 156 contes, et l’édition finale en comptait 210. Mais ils n’ajoutèrent pas seulement des histoires entretemps. Le déluge de contes similaires qu’ils reçurent après la première publication donnèrent aux frères Grimm du matériel à utiliser, mais certains contes ne pouvaient simplement être modifiées pour coller à ce qu’on appellerait aujourd’hui la culture mainstream. Une jolie histoire au jolie nom s’appelle par exemple « Quand les enfants jouent au massacre. »Et oui. Dans cette histoire, deux enfants jouent au boucher et au cochon. Comme partie du jeu, le frère le plus vieux coupe la gorge de son frère, le tuant. Quand leur mère découvre la scène, elle devient si enragée qu’elle tue le plus vieux frère. Et pendant qu’elle fait ceci, le plus jeune fils se noie dans le bain. Maintenant la mère se pend, désespérée. Enfin le père revient. Lorsqu’il découvre que toute sa famille est morte, il meurt… de chagrin.Alors si vous avez des idées, Disney pourrait être intéressé pour avoir votre solution comment faire pour que cette histoire devienne charmante et pleine de morale ? hem hem. Bon courage.

via GIPHY

Voilà cher clan, c’était un article sur le processus d’écriture des contes des frères Grimm. Intéressant n’est-ce pas ? D’historiens ils devinrent écrivains, mais tenus par les impératifs culturels de l’époque.

Si vous écrivez, est-ce que vous vous censurez parfois ? Moi non. L’auto édition me permet cette liberté. Mon père d’ailleurs était drôlement surpris lorsqu’il a lu les premiers chapitre de mon roman. « c’est vachement sanglant ton truc quand même. » m’a t il dit en me regardant d’un air bizarre.

Est ce qu’il vous est déjà venu à l’idée qu’un roman était trop violent ? Est-ce que vous pensez que Georges Martin aurait du laisser Robb Stark en vie ? Perso, j’en suis encore traumatisée de ce Red Wedding…

Vous êtes comme moi le clan ? Et pensez que Disney a quand même altéré vachement Star Wars depuis quelques années ? Allez-y ! c’est à vous de partager votre point de vue !

Journal d’une novice (1)

Cassandra dit que les manuscrits coutent cher. C’est qu’un arbre est précieux. Sa vie est précieuse. Pour chaque arbre abattu, nous en plantons cinq.

C’est la règle de la magie. Si tu fais le bien, il te sera rendu trois fois, si tu fais le mal il te sera rendu trois fois.

J’ai 14 ans aujourd’hui. Cassandra m’a dit que je progressais mais je n’ai pas l’autorisation de lire les livres et manuscrits de la bibliothèque. Lorsque j’ai pris le carnet, Cassandra a haussé un sourcil. Elle m’a dit que les novices de la Caste n’avaient pas le droit d’avoir des affaires personnelles. Mais j’ai tellement de mal à me rappeler tout ce qu’elle m’enseigne. Alors elle a accepté.

Le conseil que l’on appelle Shunga a choisi d’entreposer au sous-sol les manuscrits vierges, notre réserve, là où sont également gardés les vases et l’huile sacrée pour les couronnements.

Salle de Dana initiation

Mais il n’y a plus de couronnement. Plus jamais, et moi Andraste, je suis la dernière novice. Tous les autres sont morts, la magie, la Caste n’a pas su les protéger. Et pourtant, je n’ai pas peur, même quand la nuit, j’entends la forêt craquer. Je n’ai pas peur car je sais que jamais je ne quitterai cette forêt. Et pourtant, je vois des reflets derrière l’Azur, le monde de l’oubli. Un monde étrange, fait de tours, mais différentes des gravures que Cassandra m’a montrées.

C’est Cassandra qui partira rejoindre la Caste lorsque mon noviciat sera terminé. Elle va me manquer. Elle n’est pas ma mère, mais elle m’a élevé comme elle l’a pu. Pourtant je ne me souviens pas de gestes de tendresse. Jamais elle ne m’a caressé les cheveux, ou prise dans ses bras.

Ce serait plus facile de lui obéir si elle était ma vraie mère. Mais je n’ai pas de mère, ni de père. Juste le carnet et cette place au sein de la Caste.

Andraste

 

 

Pierre Pevel et la trilogie de Wielstadt

C’est via les suggestions d’amazon que je découvre Pierre Pevel. On me conseille d’abord les lames du cardinal. Un rapide coup d’œil au pitch me convainc d’acheter l’intégrale de Wielstadt, car je suis intriguée par l’histoire de dernier dragon que je lis au dos de couverture.

Nous suivons les aventures du chevalier Kantz, un homme mystérieux d’une quarantaine d’années, vivant dans la ville de Wielstadt, une ville protégée par un dragon, le dernier dragon d’orient. Bon, vous allez voir, en fait le dragon, il fait pas grand grand chose…. Mais ! Il y a un mais….

Ce que j’ai aimé :

Grosse surprise, quand j’avais lu le pitch, et l’histoire du dragon qui protégeait la ville, j’ai cru bêtement que le récit se passait au Moyen-âge.

C’est donc une surprise en découvrant que le dit chevalier vit dans l’Allemagne de 17èmesiècle.

Je vais de surprise en surprise en découvrant que les créatures sont donc bien différentes de celles dont j’ai l’habitude : centaures, faunes, fées, dragon, démons… Ces créatures me rappellent avec énormément de plaisir mon enfance et les récits mythologiques : Persée, Jason, Atalante, Hercule….

J’apprécie également le style : c’est fluide, bien écrit, et remarquablement documenté sur sur une période que je connais très peu, à savoir la guerre de religion en Allemagne, qui reste un fond historique original.

La quête du chevalier s’étale finalement sur trois romans, pour répondre à la question que l’on se pose depuis le début : qui est-il ? Pourquoi a t il ce pentacle dessiné sur la main ?  De quoi nous tenir en haleine jusqu’au bout, d’autant que le personnage est admirablement travaillé : humain mais puissant, tenace mais vulnérable, manquant d’empathie, mais mû par la volonté de protéger les innocents. On dirait un Aramis plongé dans une ville tortueuse ou les démons rôdent à chaque coin de rue. C’est pourtant l’âme humaine qui est la plus noire, car la vraie nemesis du chevalier Kantz est Reinecker qui n’hésite pas à menacer, violet, torturer et tuer. Il est pire que la plupart des démons que kantz aura affronté. C’est bien la nature humaine qui empoisonne la ville et est la porte ouverte aux démons. Et sur ce point là, je rejoins Pierre Pevel…

Ce que j’ai moins aimé :

Si les intrigues sont très bien ficelées, elles vampyrisent un peu le troisième tome, sans que la fantasy ne soit vraiment présente. Je ne veux pas faire de spoiler pour ceux qui ne connaissent pas, mais la seule présente vraiment surnaturelle, est l’identité de l’assassin, liée à l’identité du chevalier. Cela m’a fait pensé aux enquêtes de Nicolas Lefloch, de Jean François Parot. Certes, il y a Lilith, mais il n’y a pas de réelle confrontation avec le chevalier. Certes, il y a la question des Enochiens, mais des pans entiers de l’histoire du personnage du chevalier restent floues, et du coup, l’origine de ses pouvoirs surnaturels ne sont pas vraiment expliqués. La présence de centaures et de faunes reste, elle, anecdotique : en effet, ils n’ont pas vraiment de pouvoir surnaturel. Zacharios et les gardes du guet n’ont pas de réelle implication et force d’action sur les enquêtes que mène Kantz. Bien dommage. Il n’y a finalement que la petite fée Chandelle qui a un pouvoir magique qui semble aider Kantz dans le deuxième livre… mais on ne sait pas lequel ! La scène dans la clairière où Chandelle est appelée, ou appelle les autres fées de la forêt et pratiquent une sorte de soin magique sur Kantz. Je ne peux vous en dire plus, Pierre Pevel n’en écrit pas plus ! Assez frustrant car le rôle de Chandelle la petite fée, met de la légèreté dans le roman, mais ne se révèle utile que de rares fois. Et pas pour ses pouvoirs magiques. De même, la dame en rouge était une créature intéressante, mais n’est pas assez développée selon moi. Comment cette « émanation de la ville » est devenue vivante ? De chair et de sang ? L’est-elle seulement de chair et de sang ? et au fait, ce dragon…. Y’a personne qui a essayé de le tuer, ou de l’asservir, ou quoi que ce soit ? Là aussi, je suis frustréééééééée !

Du coup, en tournant la dernière page, je reste sur ma faim. Bon j’imagine que c’est fait exprès : mais en cherchant sur le net, nulle suite de prévue. Bien dommage… Car j’ai encore d’autres questions : Pourquoi la fée choisit-elle Kantz à la fin au lieu de Liliana ? Que va devenir le chevalier s’il n’a plus de pentacle ? Est-ce que finalement ça n’aurait pas été judicieux que le chevalier meure et que l’on connaisse son nom ? Pas son nom humain… l’autre nom. Liliana me semble peu armée pour reprendre le flambeau pour combattre Lilith, qui d’ailleurs a gagné, ce sont les mots de Kantz. Et c’est le dernier point que je trouve dommage : le personnage de Kantz est noir, solitaire, porte le poids du monde. Parfait, j’adore ce genre de personnage maudit. Mais le roman se termine sans rédemption possible ou envisageable pour lui. Aucune libération, ou lumière au bout du tunnel. Et si j’adore les romans de fantasy sombres, le lecteur a besoin, il me semble, de voir le personnage triompher pour de vrai, ou connaître une forme de rédemption, et d’apaisement, même s’il meurt.

Pour conclure sur ce roman de fantasy :

À noter que Pierre Pevel est l’un des rares écrivains français à être traduit en anglais.

Est-ce le signe d’une qualité supérieure par rapport aux autres romanciers tels que Mathieu Gaborit ou Michel Pagel ? Je ne crois pas. Je pense simplement que c’est une question de marketing : la fantasy de cape et d’épée est, il me semble, d’après mes recherches, inexistante dans le monde anglo saxon. À part l’Epouvanteur je ne vois rien. On en trouve d’avantage sous forme de film (Van Helsing, Hansel et Gretel, …) Or le truc de cape et d’épée est quelque chose de typiquement français : y’a pas à dire, on sait faire. Avis aux jeunes écrivains qui souhaitent se démarquer et percer dans le marché de la fantasy : écrivez de la fantasy cape et d’épée !!!

Enfin, quand on ferme le livre, on se prend à rêver de voir les aventures de Kantz  le chevalier exorciste portées au cinéma par un cinéaste de talent tel que Christophe Gans par exemple. J’avais adoré le Pacte des loups, film de cape et d’épée visuellement très réussi.

Bref, la trilogie de Wielstadt, j’ai adoré, et s’il y avait une suite, je la lirais sans hésiter.