LE CYCLE D’ELRIC

Temps de lecture : 6 minutes

Le cycle d’Elric le nécromancien est une épopée lyrique de l’écrivain de fantasy Michael Moorcock. A travers l’histoire du “champion éternel”, on explore un univers imaginaire riche proche, pour moi, de la Sword and sorcery. Un univers aux innombrables références, riche visuellement, et qui a sa propre mythologie basée sur un univers aux dimensions parallèles.

@the_morehell

Résumé du cycle d’Elric

Elric est l’héritier du trône de rubis, à Melniboné, une île située au nord du monde imaginé par Michael Moorcock. Elric des dragons est empereur de cette race cruelle qui avait conquis le monde avant de se retirer au nord sur cette île. Disposant de dragons gigantesques, et d’un savoir millénaire technique supérieur aux jeunes royaumes, l’île de Melniboné est invincible. Elric, lui, est différent des autres melnibonéens : albinos, son sang, bien que royal est déficient. Elric est faible physiquement et ne peut survivre qu’en absorbant moult décoctions de plantes. Amoureux de la belle Cymoril, qu’il est censé épouser dès le début de la saga… Elric choisit de laisser son trône à son cousin Yircoon, qui lui aussi rêve du trône… pour partir explorer les jeunes royaumes du sud et devenir celui qu’on appellera le loup blanc, armé d’une épée runique suceuse d’âme.

via GIPHY

Ce que j’ai aimé dans le cycle d’Elric

Il faut savoir que la saga d’Elric a été d’abord écrite pour un magazine. Pas étonnant donc que les romans soient finalement assez courts. En effet, dans son introduction le romancier Michaels Moorcock explique qu’il écrit un roman en… Une semaine !!!Gloups. Moi qui met en moyenne un an pour un roman de 250 pages, je ne comprenais pas comment il avait réussi à être aussi productif.Je comprends au bout de quelques pages: Elric est un récit feuilletonnant  : impossible de s’ennuyer !! Une page = une action. Et qu’Elric décide de mener bataille, et qu’il est trahi, et qu’il coule au fond, et qu’il ressuscite… Wow wow impossible de lâcher le roman quand Michael Moorcock décide de jouer avec notre attachement au personnage. De péripéties en rebondissements, le romancier de fantasy fait appel à la magie, et au caractère du personnage d’Eric, pour rythmer son récit.
J’ai adoré retrouver le rythme et le style de John Carter, par Edgar Rice Burrows que j’ai lu il y a quelques années. (Je crois que ce sera un de mes prochains challenges : écrire une série de roman dans le style feuilletonnant.) Décors exotiques, démons et créatures issues du chaos ) la description alambiquée, lire la saga d’Elric c’est aussi voyager. 
J’ai adoré justement la diversité des paysages : c’est l’un des aspects que j’aime le plus dans cette saga. On a l’impression que Michael moorcock aime dérouler au fur et à mesure cet univers. Qui d’ailleurs est en réalité un multivers. Je ne sais pas si la notion d’univers parallèle existe dans d’autres romans de fantasy. Je ne veux pas spoiler votre lecture les bookaddict, mais le moment de la femme enchevêtrée m’a fait penser à la dimension du Purusha, une notion que j’utilise dans mon propre roman. La magie ne sert pas seulement à convoquer des élémentaux, mais aussi à contacter des entités présentes à l’échelle de l’infini dans l’univers.  Michael Moorcock est véritablement un maître de l’écriture fantasy car il réussit l’exploit de décrire des scènes de bataille qui accrochent. A aucun moment, je n’ai ressenti le besoin de tourner les pages pour passer les scènes de bataille, et pourtant ce sont les scènes les plus complexes je trouve à écrire. Comment écrire une scène de bataille, en décrivant le paysage, l’action des personnages tout en faisant bien comprendre les manoeuvres militaires. 

@carlobocchioart

Ce que je n’ai pas aimé dans le cycle d’Elric

Clairement, la psychologie du personnage d’Elric n’est pas facile à comprendre : il réussit à vaincre son cousin qui a tout de même essayé de le tuer…. Et lui confie le trône de rubis, les clés du royaume pour aller parcourir le monde et apprendre des royaumes du sud. Mouais. T’as pris un coup au casque ou quoi l’albinos? Évidemment, quand Elric revient après un an, Yircoon ne veut pas lui rendre son trône, et Elric commet l’irréparable. Et oui, la belle Cymoril a été plongée dans un sommeil enchanté par Yircoon. Et devinez quoi ?

via GIPHY

Non, ça se termine pas comme dans la belle au bois dormant pour la jolie Cymoril.
Cette manie de se créer des problèmes existentiels et de se plaindre d’être le jouet du destin m’a agacé au plus haut point. Mais c’est là le cœur du récit : Elric et sa psychologie morbide et suicidaire.Elric se croit maudit, par la faiblesse de sa constitution physique, et son albinisme. Il se croit indigne du trône. On rajoute sur ça le complexe du petit garçon jamais aimé par personne : son propre père l’a fait toujours considéré comme indigne, car cause de la mort de sa femme. Elric se croit aussi indigne du trône de rubis, car n’affecte pas particulièrement la torture comme les autres Mélnibonéens, et n’est pas assoiffé de pouvoir comme ses ancêtres. Bref Elric traîne sa misère affective et le poids du monde sur ses épaules. J’aurais sûrement adoré le cycle d’Elric quand j’étais adolescente. Aujourd’hui débarrassée du côté mal-être-personne-ne-peut-me-comprendre j’ai beaucoup plus de recul sur ce type de personnes… qui m’agacent vite. Malgré tout, Michael Moorcok réussit la prouesse de faire de son héros un être à la fois maudit et maladif, et viril. On retrouve des accents de la chevalerie chez Elric, que j’aime et qui me rappellent les films de mon enfance : Prince Vaillant, le Roi Arthur et cie. Le genre de héros qui me faisaient rêver alors gamine. 

via GIPHY

Je n’ai pas aimé non plus le livre sur les gitans dans La revanche de la Rose. Je visualise bien l’idée des villes sur roues, un peu comme dans Mortal Engines, ce qui à mon avis, à l’époque de la publication des romans, c’était assez anticipé sur tous ces romans steam punk.

via GIPHY

Mais je ne suis pas du tout fascinée par la culture gitane, alors j’ai du mal à comprendre ce truc que beaucoup d’écrivains de fantasy ont avec ce peuple. Le côté voyage et déraciné, mixé avec la sorcellerie, et diseuse de bonne aventure j’imagine. On le retrouve dans A la croisée des mondes de Phillip Pullman, la série Buffy contre les vampires, dans laquelle les gitans lancent une malédiction sur Angel. Mais surtout l’arrivée inopinée du personnage de Weldrake m’a gênée. Même si je comprends l’introduction de ce personnage en lisant le dernier livre, Elric et la fin des temps, ce personnage m’a en quelque sorte tirée de l’univers de fantasy. De quoi se demander “mais qu’est ce que ça vient faire là”  toutes les 3 pages. Il y a un côté bouffon dans le personnage de Weldrake que j’ai trouvé inutile. 

Enfin, la description des femmes, et leur part dans cette histoire m’a laissée perplexe. Dans le cycle de John Carter, Deja Thoris est aussi guerrière que lui. Bon elle apparait à poil la plupart du temps, mais c’est une princesse guerrière. Or, dans le cycle d’Elric, rares sont les personnages féminins qui sortent du lot. De princesse énamourée, en détresse, ou carrément stupide, Michael Moorcock ne m’aura rien épargné. Seule le personnage de Oone dans la Forteresse de la perle m’a plu. (C’est d’ailleurs mon livre préféré de toute la saga d’Elric. Je ne vous dis qu’une chose : Christopher Nolan peut aller se rhabiller avec son Inception en comparaison. ) Le personnage de la sorcière dormante m’a plu, pour le côté ambivalent du personnage. Mais la représentation de la femme dans l’univers fantasy…. c’est le sujet d’un prochain article !

@sci_fi_fantasy

Pour conclure

La saga du Cycle d’Elric est un classique. Au même titre que le seigneur des anneaux ou les Brumes d’Avalon. D’ailleurs Michael Moorcock a rencontré Tolkien et CS Lewis. Mais s’est-il lié avec eux, il n’en dit mot. J’en douterais d’ailleurs, car la philosophie de Moorcock est en complète contradiction avec les deux auteurs précédents: Le cycle d’Elric est une ode à l’anarchie, où l’homme abat dieux, démons et maîtres pour ne plus faire appel qu’à son libre arbitre. Un cycle à lire je pense à plusieurs étapes de sa vie, pour en mesurer la profondeur, et la maturité. Le cycle d’Elric est à lire car il est à l’opposé de beaucoup de romans de fantasy : où le héros se découvre des super pouvoirs, qu’il est l’héritier du royaume et qu’il doit sauver le monde. Ça vous changera de l’habituel voyage du héros. Ici, Elric est à la fois chevaleresque et sans pitié. Bonne nouvelle, vous pouvez découvrir les aventures d’Elric sous forme de bande dessinée. Une merveille visuelle validée par Michael Moorcock lui même !

Salut le clan !

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques et une autre chronique de fantasy !

Diane McNeele

Intégrale du cycle d’Elric
Adaptation en bande dessinée des aventures d’Elric

Mots utilisés pour la recherche :

  • saga Cycle d’Elric
  • Elric de Melniboné
  • Avis cycle d’Elric

Leave a Reply