Chroniques le Cycle des princes d’Ambre

Salut le clan ! Aujourd’hui une chronique sur une saga que j’ai dévoré, d’où mon silence de quelques semaines sur ce blog… A savoir le Cycle des princes d’Ambre. Cette saga, sortie dans les années 1970, est une des sources d’inspirations qui a permis l’écriture de Games of Thrones.
Le Cycle d’Ambre est en réalité une saga de science fiction (mais tu sauras un peu plus loin pourquoi je fais une chronique sur ce blog de fantasy) Ce cycle est écrit par Roger Zélazny, un roman américain. Il faut bien savoir avant de commencer que ce cycle est divisé en deux. Je vous préviens parce que lorsque j’ai compris que l’aventure de Corwin était terminée, et qu’on enchaînait sur Merlin… J’étais un peu dégoutée et j’ai failli lâcher le bouquin après les Cours du Chaos.
On suit tout d’abord les aventures de Corwin, prince d’Ambre, sur 5 tomes. Puis on suit les aventures de Merlin, son fils sur 5 tomes également dans ce qu’on appelle le cycle de Merlin.Mais jolie surprise ! Je me suis laissée prendre rapidement par l’intrigue que vit Merlin au bout de quelques pages. En fait, ce personnage est drôle, insolent, et méprisant du danger: le digne fils de son père Corwin.Ces deux héros sont de vrais aventurier mais pas sans foi ni loi. Car Corwin a sa loyauté envers Ambre. Le reste… peuvent s’avérer être des pions.Corwin, manipule, couche avec une descendante de son frère, tue à la déloyale dans un combat singulier. Mais ce prince d’Ambre est touchant. Je ne veux pas spoiler l’intrigue, mais vous allez accrocher : j’ai dévoré en un mois l’intégralité de la saga qui compte 10 tomes. Petit récapitulatif de cette oeuvre de Roger Zélazny.
Si vous aimez les intrigues géopolitiques et les dialogues ciselés entre manipulation et faux semblants à la Game of Thrones, alors foncez !

Ce que j’ai aimé dans le Cycle des Princes d’Ambre.

Bon le personnage d’abord de Corwin. J’adore ce genre de personnage qui a l’innocence et l’arrogance de se dire : “J’y vais, et on verra bien ce qui se passe.” Ca change d’Elric le maudit qui traîne ses questionnements existentiels à longueur de temps…

Corwin Prince d’Ambre

L’autre qualité de cette saga est le traitement de la magie. Car oui, voilà pourquoi j’écris sur ce roman. Mon frère m’en avait parlé ado, complètement enthousiasmé. “C’est des gens qui utilisent leur mental pour imaginer l’endroit où ils veulent aller et ils peuvent s’y rendre.”Comme je suis adepte de la visualisation et des techniques de neuro science pour écrire mes propres romans, j’étais évidemment intriguée.C’est la particularité du sang de la famille royale d’Ambre. Ambre est une Cité, sur le modèle platonicien, dans une dimension parallèle au notre, la terre, qu’ils appellent Ombre. Les princes et princesses d’Ambre ont la faculté donc de se déplacer via cette visualisation d’Ambre jusqu’à Ombre, à peu près là où ils le veulent. Cela demande beaucoup d’effort de parcourir une certaine distance, mais l’avantage est Corwin est qu’il peut se rendre dans des endroits connus de lui seul. L’autre moyen pour se déplacer est de se “téléporter” est d’utiliser un atout. Une carte représentant un membre de la famille: en se concentrant dessus, tout prince d’Ambre peut entamer un dialogue, et en tendant la main, faire passer dans l’endroit de l’interlocuteur.

Les atouts d’Ambre

Une autre spécificité de la famille royale d’Ambre est la capacité à traverser la marelle, une figure assez mystérieuse, ayant un effet particulier sur leur adn. La traverser implique de se confronter à soi-même, et d’acquérir plus de pouvoir. Ainsi que d’être téléporté là on l’on veut.

Mais si vous découvrez tout ça, c’est grâce l’écriture ciselée de Roger Zélazny qui introduit ces éléments au fur et à mesure : la quête de Corwin commence par une quête d’identité. Le héros s’éveille dans un lit d’hôpital, sans se souvenir de qui il est. Un terrible accident de voiture l’a privé de ses souvenirs… Nous découvrons donc sa personnalité roublarde, son sens de la manipulation, son intelligence, avant qu’il ne découvre ses capacités magiques. Brillant. Nous découvrons ensuite seulement sa famille: une famille qui pratique la manipulation et le mensonge (hum et l’inceste) comme un sport. Le but ? Acquérir le pouvoir de se déplacer en Ombre à leur guise, et pour la fratrie de Corwin… le trône d’Ambre bien sûr.Merlin, fils de Corwin, ressemble à son père par certains côtés. Mais n’ayant pas grandi en Ambre, il a conservé une innocence et une grande droiture d’esprit. Merlin est fils de Corwin et de Dara, une princesse du Chaos.Le Chaos est régi par le Serpent, et Ambre est régi par la Licorne. Ordre et Chaos se disputent la main mise de l’univers et c’est ce duel commencé à l’époque de Corwin qui trouve son apogée dans les aventures de Merlin. Toute l’aventure de Corwin servait à préparer les aventures de Merlin.Ce que j’aime chez Merlin, c’est qu’il ne veut rien. Il voudrait juste continuer sa petite vie nomade, et explorer la magie, sauf qu’il est un redoutable magicien.

Bien plus impressionnant que Corwin qui a juste le pouvoir de se déplacer et est un fin bretteur. Il ne veut pas d’adversaire, il ne veut pas du trône, Merlin veut juste retrouver son père disparu depuis 6 ans. Sauf que… à chaque date d’anniversaire, Merlin est victime d’une tentative d’assassinat. Qui veut le tuer ? Sa famille d’Ambre ? Sa famille du chaos ? Julia son ex petite amie… qui vient d’être assassinée ? Car cela voudrait dire que quelqu’un connaitrait sa véritable identité sur Ombre terre.
C’est un plaisir d’évoluer en même que temps que Corwin ou Merlin dans des univers aux références qu’on reconnaîtra : Le Mont St Michel pour Ambre, le labyrinthe de la cathédrale de Chartres pour la marelle… On retrouve cette idée déjà explorée par Michael Moorcock, à savoir un multivers. (La notion de multivers, pour votre petite culture générale, a été théorisée par le physicien Hugh Everett.)

Ce que j’ai moins aimé dans le Cycle des Princes d’Ambre.

J’ai été horriblement déçue par la fin. Non pas qu’elle n’est pas satisfaisante mais tant de choses sont laissées en suspens ! Les 10 tomes trouvent leur résolution finale en 3 pages. D’accord, on l’apprend en cours d’écriture, la scène de résolution doit être courte. Mais bon quand même ! J’aurais aimé un épilogue d’une dizaine de pages: des pages où l’on verrait que Merlin noue enfin des relations avec son père. Peut-être une scène entre le Roi d’Ambre (je vous dirai pas qui c’est !) et le nouveau roi du Chaos  (Non plus !!). Une autre scène entre Dara et Corwin aurait été nécessaire pour développer leur relation. Car Corwin commence à avoir des sentiments pour Dara à un moment donné… je me retrouve frustrée sur pas mal de points de l’histoire. On découvre également des personnages secondaires introduits dans les 3 derniers chapitres qui semblent important pour Merlin. Tels que Rhanda par exemple, présentée sous forme d’un souvenir d’enfance, et qui réapparait dans un rêve…. et c’est tout. 

Pour conclure cette chronique sur le Cycle des Princes des d’Ambre

Le cycle des Princes d’Ambre est un excellent cycle de fantasy plutôt cape et épée mixée avec le fantastique. je ne comprends pas trop d’ailleurs la catégorisation en Science fiction de l’editeur, car d’après ce que j’ai lu, le fantastique est caractérisé par l’irruption d’un élément surnaturel dans le réel. Quand je lis la définition de la science fiction “Genre littéraire et artistique qui décrit un état futur du monde en extrapolant les données de la science ou de la technologie”… bah ça colle pas. Car Ambre n’utilise pas de technologie, mais les arts magiques…Si vous accrochez autant que moi, prévoyez un bon mois pour lire l’intégrale. A savoir qu’il existe une préquelle écrite par  John Gregory Betancourt d’après les notes de Roger Zelazny : comment tout a commencé… Comment la première marelle a été crée… Et pour les férus de jeu de rôle, Ambre est un jeu de rôle édité en France par les Jeux Descartes à partir de 1994. Il a été conçu et écrit par Erick Wujcik, d’après le Cycle des Princes d’Ambre

Et vous le clan ? Vous avez lu quoi ce mois-ci ?

Diane McNeele

Mots clés utilisés pour la recherche:

  • Cycle des princes d’Ambre
  • Corwin prince of Amber
  • Le cycle des Neuf Princes d’Ambre adapté en série télé par le créateur de The Walking Dead
  • Robert Kirkman

LE CYCLE D’ELRIC

Temps de lecture : 6 minutes

Le cycle d’Elric le nécromancien est une épopée lyrique de l’écrivain de fantasy Michael Moorcock. A travers l’histoire du “champion éternel”, on explore un univers imaginaire riche proche, pour moi, de la Sword and sorcery. Un univers aux innombrables références, riche visuellement, et qui a sa propre mythologie basée sur un univers aux dimensions parallèles.

@the_morehell

Résumé du cycle d’Elric

Elric est l’héritier du trône de rubis, à Melniboné, une île située au nord du monde imaginé par Michael Moorcock. Elric des dragons est empereur de cette race cruelle qui avait conquis le monde avant de se retirer au nord sur cette île. Disposant de dragons gigantesques, et d’un savoir millénaire technique supérieur aux jeunes royaumes, l’île de Melniboné est invincible. Elric, lui, est différent des autres melnibonéens : albinos, son sang, bien que royal est déficient. Elric est faible physiquement et ne peut survivre qu’en absorbant moult décoctions de plantes. Amoureux de la belle Cymoril, qu’il est censé épouser dès le début de la saga… Elric choisit de laisser son trône à son cousin Yircoon, qui lui aussi rêve du trône… pour partir explorer les jeunes royaumes du sud et devenir celui qu’on appellera le loup blanc, armé d’une épée runique suceuse d’âme.

via GIPHY

Ce que j’ai aimé dans le cycle d’Elric

Il faut savoir que la saga d’Elric a été d’abord écrite pour un magazine. Pas étonnant donc que les romans soient finalement assez courts. En effet, dans son introduction le romancier Michaels Moorcock explique qu’il écrit un roman en… Une semaine !!!Gloups. Moi qui met en moyenne un an pour un roman de 250 pages, je ne comprenais pas comment il avait réussi à être aussi productif.Je comprends au bout de quelques pages: Elric est un récit feuilletonnant  : impossible de s’ennuyer !! Une page = une action. Et qu’Elric décide de mener bataille, et qu’il est trahi, et qu’il coule au fond, et qu’il ressuscite… Wow wow impossible de lâcher le roman quand Michael Moorcock décide de jouer avec notre attachement au personnage. De péripéties en rebondissements, le romancier de fantasy fait appel à la magie, et au caractère du personnage d’Eric, pour rythmer son récit.
J’ai adoré retrouver le rythme et le style de John Carter, par Edgar Rice Burrows que j’ai lu il y a quelques années. (Je crois que ce sera un de mes prochains challenges : écrire une série de roman dans le style feuilletonnant.) Décors exotiques, démons et créatures issues du chaos ) la description alambiquée, lire la saga d’Elric c’est aussi voyager. 
J’ai adoré justement la diversité des paysages : c’est l’un des aspects que j’aime le plus dans cette saga. On a l’impression que Michael moorcock aime dérouler au fur et à mesure cet univers. Qui d’ailleurs est en réalité un multivers. Je ne sais pas si la notion d’univers parallèle existe dans d’autres romans de fantasy. Je ne veux pas spoiler votre lecture les bookaddict, mais le moment de la femme enchevêtrée m’a fait penser à la dimension du Purusha, une notion que j’utilise dans mon propre roman. La magie ne sert pas seulement à convoquer des élémentaux, mais aussi à contacter des entités présentes à l’échelle de l’infini dans l’univers.  Michael Moorcock est véritablement un maître de l’écriture fantasy car il réussit l’exploit de décrire des scènes de bataille qui accrochent. A aucun moment, je n’ai ressenti le besoin de tourner les pages pour passer les scènes de bataille, et pourtant ce sont les scènes les plus complexes je trouve à écrire. Comment écrire une scène de bataille, en décrivant le paysage, l’action des personnages tout en faisant bien comprendre les manoeuvres militaires. 

@carlobocchioart

Ce que je n’ai pas aimé dans le cycle d’Elric

Clairement, la psychologie du personnage d’Elric n’est pas facile à comprendre : il réussit à vaincre son cousin qui a tout de même essayé de le tuer…. Et lui confie le trône de rubis, les clés du royaume pour aller parcourir le monde et apprendre des royaumes du sud. Mouais. T’as pris un coup au casque ou quoi l’albinos? Évidemment, quand Elric revient après un an, Yircoon ne veut pas lui rendre son trône, et Elric commet l’irréparable. Et oui, la belle Cymoril a été plongée dans un sommeil enchanté par Yircoon. Et devinez quoi ?

via GIPHY

Non, ça se termine pas comme dans la belle au bois dormant pour la jolie Cymoril.
Cette manie de se créer des problèmes existentiels et de se plaindre d’être le jouet du destin m’a agacé au plus haut point. Mais c’est là le cœur du récit : Elric et sa psychologie morbide et suicidaire.Elric se croit maudit, par la faiblesse de sa constitution physique, et son albinisme. Il se croit indigne du trône. On rajoute sur ça le complexe du petit garçon jamais aimé par personne : son propre père l’a fait toujours considéré comme indigne, car cause de la mort de sa femme. Elric se croit aussi indigne du trône de rubis, car n’affecte pas particulièrement la torture comme les autres Mélnibonéens, et n’est pas assoiffé de pouvoir comme ses ancêtres. Bref Elric traîne sa misère affective et le poids du monde sur ses épaules. J’aurais sûrement adoré le cycle d’Elric quand j’étais adolescente. Aujourd’hui débarrassée du côté mal-être-personne-ne-peut-me-comprendre j’ai beaucoup plus de recul sur ce type de personnes… qui m’agacent vite. Malgré tout, Michael Moorcok réussit la prouesse de faire de son héros un être à la fois maudit et maladif, et viril. On retrouve des accents de la chevalerie chez Elric, que j’aime et qui me rappellent les films de mon enfance : Prince Vaillant, le Roi Arthur et cie. Le genre de héros qui me faisaient rêver alors gamine. 

via GIPHY

Je n’ai pas aimé non plus le livre sur les gitans dans La revanche de la Rose. Je visualise bien l’idée des villes sur roues, un peu comme dans Mortal Engines, ce qui à mon avis, à l’époque de la publication des romans, c’était assez anticipé sur tous ces romans steam punk.

via GIPHY

Mais je ne suis pas du tout fascinée par la culture gitane, alors j’ai du mal à comprendre ce truc que beaucoup d’écrivains de fantasy ont avec ce peuple. Le côté voyage et déraciné, mixé avec la sorcellerie, et diseuse de bonne aventure j’imagine. On le retrouve dans A la croisée des mondes de Phillip Pullman, la série Buffy contre les vampires, dans laquelle les gitans lancent une malédiction sur Angel. Mais surtout l’arrivée inopinée du personnage de Weldrake m’a gênée. Même si je comprends l’introduction de ce personnage en lisant le dernier livre, Elric et la fin des temps, ce personnage m’a en quelque sorte tirée de l’univers de fantasy. De quoi se demander “mais qu’est ce que ça vient faire là”  toutes les 3 pages. Il y a un côté bouffon dans le personnage de Weldrake que j’ai trouvé inutile. 

Enfin, la description des femmes, et leur part dans cette histoire m’a laissée perplexe. Dans le cycle de John Carter, Deja Thoris est aussi guerrière que lui. Bon elle apparait à poil la plupart du temps, mais c’est une princesse guerrière. Or, dans le cycle d’Elric, rares sont les personnages féminins qui sortent du lot. De princesse énamourée, en détresse, ou carrément stupide, Michael Moorcock ne m’aura rien épargné. Seule le personnage de Oone dans la Forteresse de la perle m’a plu. (C’est d’ailleurs mon livre préféré de toute la saga d’Elric. Je ne vous dis qu’une chose : Christopher Nolan peut aller se rhabiller avec son Inception en comparaison. ) Le personnage de la sorcière dormante m’a plu, pour le côté ambivalent du personnage. Mais la représentation de la femme dans l’univers fantasy…. c’est le sujet d’un prochain article !

@sci_fi_fantasy

Pour conclure

La saga du Cycle d’Elric est un classique. Au même titre que le seigneur des anneaux ou les Brumes d’Avalon. D’ailleurs Michael Moorcock a rencontré Tolkien et CS Lewis. Mais s’est-il lié avec eux, il n’en dit mot. J’en douterais d’ailleurs, car la philosophie de Moorcock est en complète contradiction avec les deux auteurs précédents: Le cycle d’Elric est une ode à l’anarchie, où l’homme abat dieux, démons et maîtres pour ne plus faire appel qu’à son libre arbitre. Un cycle à lire je pense à plusieurs étapes de sa vie, pour en mesurer la profondeur, et la maturité. Le cycle d’Elric est à lire car il est à l’opposé de beaucoup de romans de fantasy : où le héros se découvre des super pouvoirs, qu’il est l’héritier du royaume et qu’il doit sauver le monde. Ça vous changera de l’habituel voyage du héros. Ici, Elric est à la fois chevaleresque et sans pitié. Bonne nouvelle, vous pouvez découvrir les aventures d’Elric sous forme de bande dessinée. Une merveille visuelle validée par Michael Moorcock lui même !

Salut le clan !

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques et une autre chronique de fantasy !

Diane McNeele

Intégrale du cycle d’Elric
Adaptation en bande dessinée des aventures d’Elric

Mots utilisés pour la recherche :

  • saga Cycle d’Elric
  • Elric de Melniboné
  • Avis cycle d’Elric

La fille du roi des elfes de Lord Dunsany

Temps de lecture : 6 minutes

Beaucoup mentionnent le film Stardust (avec Claire Danes et Robert DeNiro) en rapprochant sa trame de La fille du roi des elfes. Et c’est normal Neil Gaiman a avoué s’être beaucoup inspiré de ce roman pour son film.

Mais ce petit roman de Lord Dunsany est une pépite de fantasy à part entière. Et fait intéressant, il a été précurseur à Tolkien. Facile à lire, l’écrivain Dunsany d’origine irlandaise nous livre une poétique description du monde. Ce que beaucoup considèrent comme un gentillet conte de fée est en réalité un roman qu’on peut relire à tout âge.

En résumé, Alveric part à la recherche du royaume enchanté pour enlever la princesse Lirazel, et l’épouser. Après une traversée d’une forêt encore plus malveillante que dans Blanche Neige, Alveric arrive au château…. où la princesse l’attendait, et choisit de partir avec lui. Alveric et Lirazel convolent, font un magnifique bébé nommé Orion. Le roi des elfes, bien décidé à retrouver sa fille, lance une incantation pour la ramener auprès de lui. Alveric, désespéré, part en quête de la forêt magique pour la retrouver. Il erre… tandis qu’Orion grandit, et découvre la forêt magique… puisqu’il est à moitié elfe.

Je m’étais lancé dans l’enregistrement en audio book du livre… même si j’ai mis ça de côté, vous aurez un avant goût de ce roman de fantasy avec ceci :

Audio book chapitre 1 La fille du roi des elfes

Ce que j’ai aimé dans La fille du roi des elfes

J’aime le relire pour la beauté du vocabulaire. Si Tolkien devait décrire en 5 pages un paysage, Lord Dunsany livre une page d’une puissance lyrique que je n’avais pas lu depuis des années. Le style sonne un peu vieux jeu, (plus personne n’écrit comme ça de nos jours). Mais c’est un délice. C’est comme regarder ces films en noir et blanc avec ce vocabulaire suranné et ces toilettes retro. Vous savez que ça n’existe plus, mais vous en redemandez encore. La fille du roi des elfes me donne cette impression : ce roman me donne un goût de la nostalgie d’un monde perdu, et du temps qui passe. Et c’est précisément la force de cette histoire : sa morale sur le temps qui passe, la beauté de Lirazel qui se flétrit, la mort, les gens qui oublient un monde qui a pourtant existé au pas de leur porte…. On prend La fille du roi des elfes pour un petit roman pas bien compliqué à lire. Et pourtant, cela n’enlève rien à sa profondeur sur le temps, la mélancolie d’un monde qui se retire… pour finalement se mélanger au nôtre. La fille du roi des elfes est le roman que vous lirez adolescents, et que vous lirez à vos enfants… qui re redécouvriront adulte avec d’autres yeux. Et puis vous verrez les elfes autrement que comme ça :

Ce que j’ai pas aimé dans La fille du roi des elfes

J’ai un problème avec la chasse… à la licorne. Sérieusement, Orion pourrait se focaliser sur les trolls, ou d’autres créatures malfaisantes. Mais non. Il se focalise sur les créatures les plus pures et les plus innocentes. C’est sûrement l’une des raisons pour lesquelles personne n’a voulu adapter La fille du roi des elfes en film. Qui irait voir un film où des licornes se font tuer ?

Mais je soupçonne Lord Dunsany d’introduire une réflexion sur la nature humaine : car Orion est à moitié elfe, moitié humain. Il est donc attiré par le royaume magique, sans toutefois pouvoir y appartenir totalement. Et c’est bien typique de l’être humain que de vouloir détruire ce qu’il ne peut posséder. La licorne étant le symbole de la vie, de la pureté, de la longévité, sa chasse est un écho à la quête désespérée d’Alveric parti chercher sa bien aimée, et qui vieillit, et tombe presque dans la démence. Et ben oui Alveric, fallait prendre soin de Lirazel tête d’âne ! Une princesse elfe, ça se bichonne !

Pour conclure…..

En résumé cher clan, ce petit bijou de littérature de fantasy vous suivra. C’est un de ces romans qu’on garde et qu’on relit à tout âge, comme le Hobbit de Tolkien d’ailleurs. Cette histoire bien ficelée, qui vous tient jusqu’au bout, vous laisse ce parfum de poésie, et comme la nostalgie du Royaume enchanté.

Diane McNeele

Mots clés utilisés pour la recherche :

  • La fille du roi des elfes
  • meilleur roman de fantasy
  • meilleur roman pour adolescent
  • roman young adult
  • littérature de l’imaginaire

Le cycle Ogier d’Argouges de Pierre Naudin

Temps de lecture : 5 minutes

Cette grande fresque médiévale est composée de sept volumes pour des décennies d’histoire

  • T1 Les lions diffamés
  • T2 Le granit et le feu
  • T3 Les fleurs d’acier
  • T4 La fête écarlate
  • T5 Les noces de fer
  • T6 Le jour des reines
  • T7 L’épervier de feu

Le résumé du cycle Ogier d’Argouges

A travers le personnage imaginaire d’un chevalier normand Ogier d’Argouges , l’auteur nous fait traverser une partie de l’époque troublée de la guerre de 100 ans avec une précision historique remarquable.
De la bataille de l’Ecluse en 1340 où la flotte française est anéantie (non par la puissance de la flotte anglaise mais par l’intelligence et le pragmatisme des chefs britanniques) à celle de Crécy le 26 août 1346 où une nouvelle fois le roi de France Philippe VI sera mis en déroute à cause de son entêtement. Pierre Naudin nous éclaire sur les raisons profondes de cette guerre ponctuée de trêves mais qui dura 117 ans pour être exacte !

Ogier d’Argouges venant d’une famille diffamée à la suite d’un complot guerroie en permanence lors de joutes et de tournois , lors de sanglantes batailles contre les anglais et leurs mercenaires pour restaurer son nom et l’honneur de sa famille et tel Edmond Dantes , la vengeance sera le fil conducteur de son aventure.

Ce que j’ai aimé dans le cycle Ogier d’Argouges

La description de la vie à l’époque médiévale ; le poids de la religion, les mœurs, la nourriture consommée à l’époque , la terreur du peuple face aux bandes de routiers , l’horreur de la peste noire etc…
La manière dont l’auteur dépeint en quelques mots certains personnages vaut toutes les caricatures: la veulerie, la fourberie, la brutalité, l’orgueil, le sens de l’honneur.
La précision historique dans le récit des combats lors de sièges de forteresses , de la vie dans ces mêmes forteresses assiégées, de la cruauté des assaillants une fois la victoire remportée.

Ce que je n’ai pas aimé dans le cycle Ogier d’Argouges

Les trop longs états d’âmes du chevalier Ogier d’Argouges lorsqu’il s’aperçoit peu de temps après son mariage que sa femme Blandine n’est pas faite pour lui… ou qu’il n’est pas fait pour elle !

Voilà un roman qui n’est pas de la fantasy, et sur ce blog je ne vous parle que de ça, en général. MAIS ! Si vous aimez le Moyen-Age, les descriptions minutieuses, le cycle Ogier d’Argouges vous ravira. Surtout si vous avez une jambe cassée ou que vous avez quelques semaines devant vous à rester au lit. Idéal aussi pour les apprentis écrivains de fantasy, ce cycle Ogier d’Argouges est une leçon d’histoire : de quoi apprendre le vocabulaire, la façon de vivre à l’époque, pour donner toute la profondeur et l’authenticité à vos romans de fantasy !

Voilà le clan, un cycle qui vaut le détour pour le féru de moyen âge que vous êtes.

Diane McNeele

Mots clés utilisés pour la recherche :

  • roman sur le moyen page
  • roman historique moyen age
  • Pierre Naudin
  • Ogier Argouge

Les Chroniques des Elfes de Jean-Louis Fetjaine

Illustration par Mathia Arkoniel

Ce que j ai aimé :

La longueur de la trilogie: il faut dire que j’ai acheté direct la trilogie des éditions…… je déteste être frustrée. Mauvais souvenir de la sortie très médiatisé et marketé d’harry potter. 
La longueur des 3 livres permettent d’entrer dans l’univers d’heroic fantasy dessiné par Jean Louis Fetjaine.  Un univers de fantasy qui colle à Tolkien puisque Fetjaine réutilise les créatures traditionnelles et habituelles : elfes, orcs, gobelins, nains, humains et l’écrivain va même jusqu’à réutiliser le sindarin, la langue elfique créée par le linguiste émérite qu’était Tolkien.  Juste wow.

via GIPHY

J’ai aimé cet hommage et la volonté de s’inscrire dans cette tradition. 

J’ai beaucoup aimé l’insertion de passages du Tuatha de Danna (une épopée digne des grands mythes greco latin)
Le tuatha de danna est ainsi un texte explicatif rythmant les débuts de chapitre: on découvre, morceau par morceau un texte dont l’action, on le devine au fur et a mesure, est une prequelle du recit de jean louis fetjaine. Brillant. Car non seulement l’écrivain inscrit son roman dans la tradition de tolkien mais aussi dans la lignée du tuatha de danna.
Il faut attendre le dernier chapitre et notamment l’épilogue pour découvrir les origines de Merlin. Jean Louis Fetjaine a écrit une suite que je n’ai pas encore lue. Mais ça sent bon l’intrigue bien pesée, d’autant que le personnage de Pelhehun me semble bien fourbe à loisir. Le genre de gars qui refuse les duels et poignarde dans le dos. Bref, le genre de gars à qui vous avez envie de faire tâter de votre hâche.

via GIPHY

Si vous aimez les personnages un peu,  voire carrément bitch, en demi teinte, genre Cercei de Game of Thrones, je vous recommande la trilogie des elfes. 

Le truc puissant dans ce roman de fantasy, c’est qu’on sent le monde plus large sur lequel repose l’histoire. Bon moi, avec mon roma,n j’ai fait les choses à ma manière, en créant mes monstres et créatures mais ce qu’a fait Jean Louis Fetjaine est carrément intelligent et éducatif. Combien d’ados ont alors lu le Tuatha de Danna ? A une époque où les politiques voudraient faire croire aux français qu’ils sont tous de culture méditerranéenne ? Gros lol.
Allez pour l’aspect politique je m’arrête là. 

J’ai moins aimé 

Le côté immédiatement sexualisé de Lilianne m’a parfois gêné. Je suis assez partagée sur l’image de la femme dans la fantasy: c’est souvent des femmes avec des tenues ultra sexy et pas du tout réalistes. Qui va au combat dans la joie et la bonne humeur avec une armure qui couvre que les seins ??

via GIPHY

Et de même jean louis Fetjaine décrit des scènes pas très crédibles même pour de la fantasy : Liliane se dénude les seins et lève les bras pour invoquer le pouvoir des runes… au milieu d’une bataille. Et elle échappe elle ne sait trop comment, prise par la transe. Et nous non plus d’ailleurs.
Mais la fantasy fait rêver : et comme les femmes sont le sujet de rêverie de prédilection des hommes… (pour pas dire une fixette hein) et que la fantasy mise en avant est souvent celle des hommes, ça passe crème pour la plupart des lecteurs. Sauf que moi même écrivain, je me la pose cette question : comment écrire un personnage féminin qui soit pas trop gnangnan ? Comment écrire une scène d’amour qui reste crédible ? Comment faire un personnage féminin fort… mais pas trop masculine ? GR Martin dans Game of Thrones l’a très bien fait avec Cercei la bitch avide de pouvoir toujours élégante. Et avec Margerye elle aussi avide de pouvoir, et de sexe. Et avec Sansa que je trouvais trop con au début et que finalement j’aime bien. Bon Georges Martin, la vérité, il est trop fort.

via GIPHY

Pour conclure

La violence est présente, les combats particulièrement bien décrits notamment dans les manœuvres militaires : et c’est difficile à écrire car il faut être technique et continuer de raconter l’histoire en même temps.
J’ai adoré le personnage de Lilianne malgré tout : vulnérable et sensible, forte et impitoyable, courageuse et indépendante. 
Et le personnage de Maeholas est à la fois inquiétant, détestable dans ses actes et attachant dans ses réactions. Il fait une parfaite nemesis pour Lilianne, tout en étant attiré par elle. Et ça, j’adore. Je pressens une fin terrible pour Maheolas, et la suite de l’aventure pour le roi humain Pelhehun m’intrigue. D’autant plus que le personnage de Merlin fait son apparition à la fin. L’écriture est fine, ciselée, les personnages même s’ils foisonnent,  et qu’on ne peut s’attacher à tous, très bien construits.
La trilogie des elfes nous laisse un petit goût de mélancolie, car l’histoire est racontée de telle façon qu’il fait partie de notre passé : juste après l’irruption de l’église et avant le début des légendes arthuriennes. Un gout de reviens-y. Ça tombe bien il y a une suite et je la commence le mois prochain. 

via GIPHY

Salut le clan, à très vite !

Diane Mc Neele